Eilat, Les commercants du centre ville en faillite ?

Tout le monde se réjouissait de l’ouverture du nouvel aéroport international Ramon. Tout le monde…Enfin presque.

Cet article a été lu 549 fois. Aidez-nous à le partager !
Share on facebook
Facebook
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on telegram
Telegram
Share on email
Email
Share on facebook
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email
Eilat Actualités et News Les commercants en faillite
Tout le monde se réjouissait de l’ouverture du nouvel aéroport international Ramon. Tout le monde…Enfin presque.

Car qui dit ouverture d’un côté, dit fermeture de l’autre.
Nous faisons allusion ici à la fermeture du petit aéroport du centre-ville.
Une fermeture lourde de conséquences et qui aggrave la situation, déjà délicate, des commerçants du centre-ville.

“A l’époque, il y avait du mouvement constamment. Les premiers voyageurs de la journée venaient systématiquement prendre leur café ou petit déjeuner en attendant l’ouverture de leur lieu de travail”

– Un commercant

Mais de quelle situation « déjà » délicate parle-t-on ?
De la rue principale du centre-ville, Sderot Hatmarim.
A double sens certes, mais trop étroite pour le centre-ville, perpétuellement embouteillée et où un cruel manque de places de parking se fait sentir.
C’est un peu comme une double peine pour les commerçants dont les principaux concernés sont : les cafés, les bureaux de changes et même le Superpharm.
Certains mois, il leur est quasi impossible d’atteindre 30% de leur chiffre d’affaire.

Il y a déjà quelques temps, nombre d’entre eux souhaitaient se séparer de leur commerce mais avaient finalement abandonné cette idée suite aux promesses faites par la municipalité.
En l’occurrence : Relier la rue principale à la zone touristique / hôtelière pour redynamiser le centre.
Aucune évolution n’a été constatée depuis et la seule chose qui sépare les commerçants des voyageurs aujourd’hui est un terrain vague en lieu et place de l’ancien aéroport.

« A l’époque, il y avait constamment du mouvement » confie un commercant.
Les premiers voyageurs de la journée, majoritairement docteurs et professionnels, venaient systématiquement prendre leur café ou petit déjeuner en attendant l’ouverture de leur lieu de travail.
Même lorsque les vols étaient retardés, les voyageurs préféraient les cafés da le rue Sderot Hatmarim plutôt que le snack de l’aéroport.
Quant aux habitués, bien que familier du quartier, ces derniers n’y mettent presque plus les pieds puisqu’aucune raison ne les y invite

Pas même les banques !
Qui à force de digitaliser leurs services rendent la rue déserte..
Une situation qualifiée de catastrophique par quelques commerçants qui en viennent à fermer boutique dès l’après-midi.

Le témoignage d’un des commerçants est alarmant.
« Eilat est en train de devenir une ville fantôme.
Si vous faites un tour dans la rue Sderot Hatmarim, vous remarquerez que nombreux commerces ont fermé et que d’autres sont disponibles à la location.
La seule solution pour raviver le centre est d’y organiser régulièrement des évènements. »

Share on facebook
Facebook
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on telegram
Telegram
Share on email
Email
Share on facebook
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Quelques endroits choisis au hasard

Comments

mood_bad
  • No comments yet.
  • chat
    Add a comment
    Click to Hide Advanced Floating Content
    Rejoins le groupe
    Like la page
    Groupe Whatsapp